Séminaire des jeunes saints des derniers jours 

 

La foi appartient à ceux qui se lèvent tôt

 

 

(Newsroom.lds.org, 2004)

 

 

 

    

      Il est cinq heures du matin.  

 

      Ana Lucrecia Morales, jeune Guatémaltèque de 16 ans, éteint son réveil et s'étire.

 

      Yuka Kouchi, d'Osaka, au Japon, sort de son lit et prend ses Écritures.

 

      Krysta Biggs, de Scappoose, en Orégon, s'agenouille pour faire sa prière.

 

      À six heures du matin, ces trois adolescentes qui vivent aux antipodes les unes des autres, se présentent au séminaire matinal, comme des milliers d'autres de par le monde pour un programme d'enseignement religieux dispensé par l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

 

      Cinquante minutes après le début du cours, chacun est engagé dans une discussion animée, et, bientôt, l'étude matinale des valeurs de la vie énoncées dans les Écritures prend fin, et c'est l'heure d'aller à l'école.

 

      Cette scène se répète chaque matin de la semaine, sauf le week-end, dans 150 pays du monde où l'Église est implantée.

 

      « C'est une excellente manière de commencer la journée », dit Doug Williams, directeur des services de communication du Département d'éducation de l'Église. « Les discussions sur les principes de l'Évangile les aident à appliquer les valeurs fondamentales dans la vie quotidienne. Et avant la fin du cours, ils sont bien réveillés pour leurs autres cours ».

 

      En 2000 quelque 201.700 jeunes ont pris part à ce programme facultatif d'étude matinale. La plupart étaient membres de l'Église, mais plusieurs milliers de jeunes d'autres confessions religieuses y ont aussi pris part. Tous y sont les bienvenus.

 

      A. Bryan Weston, administrateur de zone de l'enseignement religieux du Département d'éducation de l'Église, dit que l'intérêt du séminaire est double.

 

      Il explique : « La foi des étudiants en la vie, en Jésus-Christ, aux Écritures, aux prophètes et en l'organisation que nous appelons l'Église rétablie, grandit ». « Et ils peuvent côtoyer des amis qui ont les mêmes valeurs qu'eux ».

 

      Les jeunes suivent le séminaire dans les lieux de culte de l'Église, dans des bureaux loués ou chez les uns ou les autres.

 

      Il y a 36.000 enseignants, des adultes tous bénévoles. Ils sont rarement enseignants de métier, mais commerçants, cadres, maîtresses de maison, avocats, etc., de la région, aux expériences variées, qui donnent de leur temps et de leurs talents.

 

      Doug Williams précise : « Ces enseignants sont des gens ordinaires qui vivent dans le quartier ». « Ils veulent participer à une grande cause. Ils aiment travailler avec les jeunes ».

 

      Quelque 134.000 jeunes qui vivent dans des régions à forte concentration de saints des derniers jours, comme l'Utah et l'Idaho, suivent les cours du séminaire pendant la journée scolaire. Leurs parents et les autorités scolaires autorisent qu'une partie de l'emploi du temps soit laissée libre pour qu'ils assistent à un cours de religion.

 

      De plus, en 2000, près de 45.000 jeunes saints des derniers jours étaient inscrits à des programmes d'étude à domicile et près de 1500 à des programmes adaptés aux handicapés ou aux personnes ayant des difficultés d'apprentissage.

 

      Les élèves du séminaire font partie du Département d'éducation de l'Église (DEE). Il s'adresse aux adolescents et aux jeunes adultes âgés de 14 à 30 ans.

 

      Le séminaire est destiné aux élèves de 14 à 17 ans. Un autre programme, l'institut de religion, s'adresse aux saints des derniers jours, de plus en plus nombreux, qui font des études supérieures. Les deux programmes délivrent des diplômes.

 

      Pendant l'année scolaire1999-2000, le DEE comptait près de 382.000 élèves.

 

      En plus de l'enseignement et de discussions sur la doctrine, les cours du séminaire comportent des cantiques, des prières et donnent aux élèves la possibilité d'exprimer leurs sentiments sur la croissance de leur foi.

 

      Le programme du séminaire porte sur les Écritures : l'Ancien et le Nouveau Testament ainsi que les Écritures spécifiques aux saints des derniers jours comme le Livre de Mormon, récit scripturaire du ministère de Jésus-Christ parmi les habitants de l'Amérique ancienne.

 

      Ces livres d'Écritures constituent la base de toutes les études et de toutes les discussions. Selon Doug Williams, tout l'enseignement vise à aider les jeunes saints des derniers jours à comprendre le ministère et la mission de Jésus-Christ.

 

      Il explique : « L'instruction profane est importante, mais nous croyons qu'il est important d’être instruit dans tous les domaines de la vie ». « En plus de l'instruction en vue d'un métier, nous enseignons à nos élèves à être de meilleurs citoyens et à conserver un équilibre dans la vie grâce à l'étude spirituelle ».

 

      Depuis ses débuts, l'Église a toujours encouragé l'instruction profane, qui faisait déjà partie intégrante de la vie communautaire des premiers pionniers en Utah.

 

      Brigham Young, qui a dirigé l'exode des pionniers mormons et qui a été le deuxième président de l'Église, a recommandé aux femmes de s'instruire et d'acquérir une qualification professionnelle, en particulier dans la médecine.

 

      Il a aussi fondé l'université de Deseret, à Salt Lake City, aujourd'hui université d'Utah, la Brigham Young Academy, à Provo (Utah), aujourd'hui université Brigham Young, et Brigham Young College, à Logan (Utah), qui a fonctionné jusqu'en 1926.

 

      Mais les premiers membres de l'Église ont d'abord mis en place un système éducatif respecte un équilibre entre le profane et le religieux.

 

      À partir de 1875, les « académies » de l'Église ont dispensé un enseignement secondaire comportant une instruction religieuse. En 1890 l'Église a instauré des « cours de religion » pour offrir un programme en semaine pour les enfants de l'âge de l'enseignement secondaire.

 

      Pendant l'année scolaire 1912-13 les dirigeants, pour apporter une réponse à l’éloignement de jeunes saints des derniers jours des principes de l'Église, ont ouvert une classe expérimentale de religion adjacente au lycée de Granite, à Salt Lake City. Le succès de cette expérience a amené les dirigeants de l'Église à l'adopter dans d'autres villes. C'est ainsi qu'est né le programme du séminaire.

 

      En novembre 2000, Gordon B. Hinckley, président de l'Église, dans un discours adressé aux jeunes de l'Église transmis par satellite, ce qui était une première, a souligné l'importance de l'instruction continue, séculière et spirituelle.

 

      Il a déclaré : « Vous appartenez à une Église qui enseigne l'importance de l'instruction. Le Seigneur vous donne la mission d'éduquer votre esprit, votre coeur et vos mains ».