Chronologie de la construction des églises

en Europe francophone


 
Avant guerre
 
Avant la Seconde Guerre mondiale, la Belgique est déjà dotée de trois églises. Elles ont été construites à Herstal, Liège (1931) et Seraing.


L'église de Bruxelles

Le 14 avril 1962, soixante-quinze membres de l'Église de la région de Bruxelles assistent à la cérémonie de la pose de la première pierre de l'église de Bruxelles. En plus du président de mission, sont présents les frères Rosenval, Hasoppe et Hanson, responsables des constructions pour la région. C'est le nombre de pratiquants à Bruxelles qui impose l’urgence de cette construction. Des « missionnaires bâtisseurs » tel que René Charrier, d’Angoulême, assurent la main d’œuvre. René Charrier est arrivé comme missionnaire à Paris le 4 septembre 1962. Mis à part par le président Hinckley, il est envoyé à Bruxelles pour travailler à la construction de l'église. Il sera rejoint par six missionnaires originaires des Pays-Bas qui travaillent sur le chantier sous la direction de Guy Stephenson et de Gordon Thibault.

Le bâtiment est inauguré le 26 juin 1965. Plus de 700 personnes, membres et amis de l'Église, ou des gens du voisinage visitent l'église et assistent à un spectacle de danses folkloriques et à un concert. Deux branches se réunissent dans cet édifice : l’une francophone, dont le président est Armand Noé, l’autre néerlandophone. Joseph T. Edmunds et Don Van Slooten, respectivement présidents de la Mission française et président de la Mission hollandaise, sont présents. La presse et la télévision sont au rendez-vous et tous les grands journaux de Belgique se font l’écho de l'événement et contribuent à dissiper nombre d’idées erronées sur l’Église. La télévision a présenté l’essentiel du programme de l’inauguration (voir La Nouvelle Étoile, septembre 1965, p. 272-273)

L'église est consacrée le 5 mars 1967, à 10h, par Howard W. Hunter, du Collège des Douze.

Quatre ans plus tard, le 19 août 1971 à 15 heures, un incendie détruit l'église. Il faudra trois heures aux pompiers pour venir à bout de l’incendie qui a ravagé essentiellement la toiture du bâtiment. Dès l'incendie éteint, les missionnaires et les membres locaux s'emploient à sauver ce qui peut l’être. Trois jours plus tard, le 22 août, frère Brown, président de la mission franco-belge, annonce que l'église sera reconstruite (voir L’Étoile, novembre 1971, p. 349).


L'église de Nice

C’est en 1948 que les premiers missionnaires reviennent à Nice. En décembre de la même année ils louent un lieu de réunion rue du Congrès, puis dans une salle plus vaste et plus centrale, rue de Belgique.

Le samedi 28 juillet 1962 a lieu la cérémonie de la pose de la première pierre de l'église de Nice. Tous les participants à la conférence de jeunesse tenue à ce moment-là assistent à l'événement. La cérémonie est présidée par un membre de la Première Présidence, Henry D. Moyle, père du président de la mission française de l’Est, Henry D. Moyle fils. Le bâtiment sera érigé sur la colline de Cimiez qui domine la vallée du Paillon.

L'inauguration du bâtiment à lieu du 17 au 19 juin 1966 (voir La nouvelle Étoile, octobre 1966, p. 304).

Dans la nuit du 21 au 22 juin 1973, un incendie criminel ravage l'église de Nice. La salle de culte est complètement détruite. Sous l’effet de la chaleur, les murs se lézardent et la toiture s’effondre. Seules les portes antifeu ont évité que le sinistre ne se propage aux salles de classe et aux fonts baptismaux, qui n’ont subi aucun dommage. L'église est rebâtie (voir L’Étoile, août 1973, p. 348).


L'église de Charleroi

Le samedi 13 octobre 1962 a lieu la cérémonie de la pose de la première pierre de l'église de Charleroi, rue de la Tombe à Mont-sur-Marchienne. La cérémonie est présidée par le président Hinckley, accompagné de sa femme. Sont également présents Elder Skidmore, conseiller du président de mission, Pierre Lopez, président de la branche de Charleroi, Polydore Keppens, président du district de Bruxelles, le président Albert Rosenvall et sa femme, Joseph Hasoppe, du comité de construction de l’Église, et sa femme, Elder Elden L. Wood, missionnaire bâtisseur et d'autres personnes. Environ 45 personnes assistent à l'événement. La construction de l'édifice nécessitera 55 tonnes d’acier, 120 000 briques, 50 tonnes de granit bleu, 40 000 blocs de béton et des centaines de mètres cubes de ciment. Un article d’avril 1965 fait état de 30 000 heures de travail depuis le début du chantier.


L'église de Bordeaux

Le projet de la construction d'une église à Bordeaux est présenté le 24 février 1963, lors de la conférence de district à Bordeaux.

Le 4 mars 1963, le président Rulon T. Hinckley et l’avocat James Brodeur signent le contrat de propriété en vue de la construction de l'église. Le terrain est situé rue Pierre Romain à Talence. Le début des travaux est prévu pour mai 1963.

La cérémonie de la pose de la première pierre de l'église de Bordeaux a lieu le samedi 8 juin 1963. En plus du président Hinckley et de sa femme, sont présents Thor Liefson, superviseur de la construction, Joseph Hasoppe, Jean-Claude Roux, président du district de Bordeaux et Elder Harold Dendurant, président de branche.

L'édifice est inauguré les 10 et 11 décembre 1965 par Howard W. Hunter, du Collège des Douze, en présence de Cecil E. Hart, président de la mission française. Quelques 450 membres assistent à l’événement.

L'église est consacrée le 26 mars 1967 parr Theodore M. Burton, assistant des Douze. Les orateurs sont Théophile Plante, président de la branche de Bordeaux, Cecil Hart, président de la mission française et Theodore Burton qui termine son discours en prononçant une prière de consécration (voir L’Étoile, juin 1967, p.175 ; voir aussi Histoire de la paroisse de Bordeaux de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours).


L'église de Liège

La cérémonie de la pose de la première pierre de l'église de Liège a lieu le 13 juillet 1963. Chris Young est le superviseur du chantier. Il arrive à Liège avec sa famille en décembre 1963. Il n’y a que deux missionnaires bâtisseurs sur le chantier en 1965 et les membres de la branche contribuent aux travaux à raison de 25 heures par semaine en moyenne. La flèche de 28 mètres se termine par une spirale de verre. Construite sur une colline du quartier résidentiel de la ville, l'église bénéficie d’un beau panorama sur la ville (voir La Nouvelle Étoile, avril 1965, p. 100-107).

L'église de Liège est inaugurée le 11 décembre 1965. Ce bâtiment remplace celui qui avait été érigé en 1931. La cérémonie est marquée par un concert auquel participe un chœur de 60 voix des branches françaises et flamandes de Bruxelles et par la représentation de l’opérette Oklahoma interprétée par les membres de la branche de Liège sous la direction de Charles Didier. 600 personnes assistent à cette représentation (voir La Nouvelle Étoile, février 1966, p.68-69).


L'église de Versailles

La cérémonie de la pose de la première pierre de l'église de Versailles a lieu le 30 août 1964. À l'époque, Versailles compte deux branches, l'une francophone, l'autre anglophone, composée principalement de militaires. Elles se réunissent dans la salle de la Tannerie au 73 bis de la rue du Maréchal Foch. La cérémonie, qui a lieu dans les deux langues, se déroule au Rond Point de l’Alliance, dans un quartier résidentiel de la ville de Versailles. Ray Williams, superviseur du chantier, arrive à Paris ce même mois avec sa famille. À partir de 1965, pour accélérer les travaux, les membres travaillent sur le chantier les soirs de semaine, en plus du samedi. Ils se retrouvent le soir entre de 18h à 21h. Des coupons représentant une brique sont en vente au prix de 1 franc la brique. Cette action contribue à amasser les 20% du prix de l'édifice, ce qui est la participation financière requise des membres. Les deux missionnaires bâtisseurs du projet sont Arend Terrehorst et Guy Meyer. Y participent également Claude Dupierraz, de Suisse, Jean Parenteau et fin mars 1966, Daniel Wiame et Daniel Bertrand. Ray Williams, pour sa part, a été remplacé par Archie Stephenson en janvier 1966, puis par Henry Berghout qui avait travaillé sur le chantier de Nice.

L'église de Versailles est inaugurée en octobre 1966. Le vendredi 21 octobre, une visite officielle est organisée en présence d’un représentant du Maire, de journalistes et de reporters de la radio et de la télévision. Suit un banquet d’inauguration. Le samedi 22 octobre est une journée portes ouvertes avec, le soir, des représentations artistiques par les branches du district de Paris. Le dimanche matin a lieu la session générale de la conférence trimestrielle du district de Paris, présidée par Cecil Hart, président de la mission française et dirigée par André Legroux, président du district de Paris.


L'église de Marseille

Le 19 novembre 1964 le journal Le Provençal publie un article sur l'Église et son programme de construction d'églises. Le 18 décembre 1964, l’hebdomadaire 7 fois 24 fait de même. Et en mars 1966 le journal La Provence y consacre 6 pages (voir La Nouvelle Étoile, avril 1965, p. 100-107 ; La Nouvelle Étoile, octobre 1966, 3e couverture).

L'église de Marseille, construite avenue du Parc Borely, est inaugurée le 16 avril 1966, après 33 mois de travail. Le 15 avril les cérémonies débutent par l’accueil des autorités civiles parmi lesquelles Monsieur Devenay, adjoint au maire de Marseille. Le samedi, l'église est ouverte aux visiteurs. Plus de 300 personnes assistent à des projections de films et à un concert d’orgue et de musique chorale. En soirée, après quelques discours pour présenter l’organisation de l’Église, une représentation théâtrale est donnée sur le Livre de Mormon. On note la présence de A. James Martin, président de la Mission française de l’Est, accompagné de sa femme, de Fizo Heninger, président du district de Marseille et de Jean Ascione, président de la branche de Marseille (voir La Nouvelle Étoile, juin 1966, p.166-167).


L'église de Lausanne

La branche de Lausanne est organisée en 1894. Le premier baptisé un cordonnier. En 1932 les membres de la branche de Lausanne créent un fond en vue de la construction d'une église. En 1958 la branche est en mesure d'acheter un terrain en vue de la construction. En 1969 les fonds atteignent 83 000 francs et la décision de la construction est prise. Au cours des dix mois que dure la construction, les membres y consacrent 6000 heures de travail (voir L’Étoile, août 1971, p. 255). Le 23 avril 1971 Marion G. Romney, du Collège des Douze, prononce la prière de consécration de l'édifice. À la fin de l'année, la branche compte 250 membres réparties en 125 familles.


Après 1971

Par la suite, beaucoup d'autres églises sont construites en Europe francophone. En 2013, on en comptait environ 70 en France, en Suisse francophone et en Belgique francophone, ce qui représentait la moitié des lieux de culte de l'Église dans cette région.


Source : Histoire de l'Église : Les chapelles en Europe francophone (1962-1971)