Preuves de l’authenticité divine du Livre de Mormon



LeGrand Richards (1886-1983) 

 

Évêque président de 1938 à 1952

Membre du collège des Douze de 1952 à 1983


 


 

Témoins

Traduit par le don et le pouvoir de Dieu

L'urim et le thummim

Origine des Indiens américains

Légende des Indiens Washoe

Témoignage de Néphi

Lectures complémentaires



Témoins

 

      Une des preuves majeures de l'authenticité divine du Livre de Mormon est l'attestation des trois témoins à qui l'ange Moroni montra les plaques et rendit témoignage qu'elles avaient été traduites par le don et le pouvoir de Dieu. Ce témoignage se trouve en tête de chaque exemplaire du Livre de Mormon, en même temps que l'attestation des huit témoins à qui Joseph Smith fut autorisé à montrer les plaques. Aucun de ces témoins n'a jamais renié son témoignage, bien que chacun d'entre eux eût à souffrir de beaucoup de persécutions et de moqueries.



Traduit par le don et le pouvoir de Dieu

 

      Attardons-nous à cette affirmation du Seigneur aux témoins, où il leur dit que les plaques ont été « traduites par le don et le pouvoir de Dieu ». Quand Moroni parla à Joseph Smith des annales déposées dans la colline de Cumorah, il dit :

 

      « En outre, que deux pierres contenues dans des arcs d'argent — et ces pierres, fixées à un pectoral, constituaient ce qu'on appelle l'urim et le thummim — étaient déposées avec les plaques ; que la possession et l'utilisation de ces pierres étaient ce qui faisait les « voyants » dans les temps anciens ou passés ; et que Dieu les avait préparées en vue de la traduction du livre » (Joseph Smith, Histoire, 35).

 

      C'est en utilisant l’urim et le thummim que Joseph Smith put, en soixante jours environ, du 7 avril 1829 à la première semaine de juin de la même année, traduire le Livre de Mormon, plus de cinq cents pages imprimées de la langue des plaques d'or en anglais. Il est douteux qu'un autre écrivain ait jamais écrit fût-ce un roman d'une telle importance en un temps aussi court.

 

 

L'urim et le thummim

 

      Serait-il inconvenant de se demander ce que les chefs spirituels du temps de Joseph Smith connaissaient de l’urim et du thummim ? Joseph Smith aurait-il de lui-même pensé à proclamer qu'il avait traduit le Livre de Mormon avec le secours de l’urim et du thummim ? Pourtant l'usage de l'urim et du thummim était connu des anciens prophètes :

 

      « Urim et thummim (c'est-à-dire « lumière et perfection »), cités comme moyen utilisé par le grand-prêtre pour interroger le Seigneur (voir Exode 28:30 ; Lévitique 8:8 ; Nombres 27:21 ; Deutéronome 33:8 ; 1 Samuel 28:6). Il est clair que l'urim et le thummim étaient des sortes d'objets ; on a suggéré que c'étaient (1) des pierres du pectoral du grand-prêtre, (2) des dés sacrés, (3) de petites représentations de « la vérité » et de « la justice » comme on en trouve suspendues au cou de la momie d'un prêtre égyptien. L'urim et le thummim n'existaient plus après la Captivité (voir Esdras 2:63) » (A concise Biblical Encyclopedia, p. 154).

 

      Attendu que l’urim et le thummim étaient le moyen utilisé par les anciens prophètes pour interroger le Seigneur, et attendu qu'ils furent conservés par la main du Seigneur et remis à Joseph Smith en même temps que les plaques d'or, ceci démontre que c'est la sagesse de Dieu qui les conserva en vue de ce but sacré. Ces faits expliquent pourquoi les secrétaires du prophète Joseph Smith affirmaient qu'ils écrivaient sous sa dictée et qu'il n'apportait aucune correction. Voici le témoignage d'Oliver Cowdery, son principal secrétaire : « J'ai écrit, de ma propre plume, le Livre de Mormon tout entier, sauf quelques pages, tel qu'il tombait des lèvres du prophète Joseph à mesure qu'il le traduisait par le don et le pouvoir de Dieu, au moyen de L’urim et du thummim... J'ai vu de mes yeux et manipulé de mes mains les plaques d'or dont il fut transcrit… Ce livre est vrai » (Roberts, Comprehensive History of the Church, vol. 1, p. 139).



Origine des Indiens américains

 

      Le Livre de Mormon explique fort bien qui sont les Indiens américains et comment ils sont parvenus en Amérique.

 

      Un des traits les plus intéressants de tout ce livre, c'est le récit de la visite que Jésus, après sa crucifixion et son ascension, fit aux habitants de l'Amérique, récit qui contient le compte rendu des destructions qui eurent lieu au moment de sa crucifixion et qui changèrent radicalement la face du pays tout entier : des montagnes surgirent, des tempêtes et des cyclones firent rage ; des villes furent englouties ; des bâtiments furent rasés par de violents tremblements de terre, « toute la surface de la terre fut déformée » (voir 3 Néphi 8).

 

      Les recherches archéologiques modernes ont découvert beaucoup de ces villes ensevelies, ramené au jour des grandes routes cimentées mentionnées dans le Livre de Mormon, localisé des temples et d'autres bâtiments magnifiques érigés par ces peuples qui avaient atteint un niveau élevé de civilisation et de culture en Amérique. Les traditions des Indiens confirment ces faits.



Légende des Indiens Washoe

 

      Une de ces traditions typiques est cette légende des Indiens Washoe qui semble avoir conservé l'histoire de la disparition du grand lac qui s'étendait entre les montagnes. Cet immense « plan » d'eau s'appelait Lahonitan. Les débris fossiles d'animaux que l'on a retrouvés en divers endroits du bassin, ainsi que d'autres preuves indubitables prouvent qu'il a bien existé autrefois. Voici comment un vieil Indien raconta cette légende :

 

      « Il y a longtemps, très longtemps. Peut-être cent ans, indien pas sûr, homme blanc sûr. Le père de mon grand-père, lui homme très vieux. Peut-être deux, trois cents ans, moi pas savoir. Carson valley, Washoc valley, Truckee valley, Long valley, lac Pyramid, Lublock, partout plein d'eau, plein de poisson, plein de canards. Gros poissons aussi, maintenant plus en voir, tous partir, aucun revenir.

 

      « Indien Washoe, lui habiter grandes montagnes (indiquant les chaînes Comstock et Pyramid). Parfois Indien Washoe prendre son bateau aller voir Piutee, peut-être Piutee prendre son bateau aller voir Indien Washoe, lui bon ami, tout le temps ».

 

      Indiquant la Sierra à l'ouest de la Washoe valley, le vieil Indien poursuivit :

 

      « Grande montagne tout le temps du feu, beaucoup de « boum ! boum ! », beaucoup de fumée, Indien très effrayé ! Et puis, un jour, montagne beaucoup de fumée, beaucoup de bruit, le sol trembler trop, Indien très effrayé, tomber à terre, pleurer beaucoup. Soleil, lui tous les jours se lever (indiquant le nord-est), lui se coucher (indiquant le sud-ouest). Un jour, pas se lever, Indien pas sûr, montagne beaucoup fumée, sol trembler beaucoup, vent souffler, eau bouillir. Peut-être deux, trois jours soleil lui pas venir, Indien pas manger, pas dormir, tout le temps pleurer, pleurer. Très peur. Et puis, eau faire beaucoup de bruit, aller très vite, comme la rivière Truckee ; eau descendre, descendre, montagne monter, monter, beaucoup boue, beaucoup poisson mourir, et puis soleil revenir au-dessus de cette montagne (indiquant le sud-est), lui descendre là-bas (indiquant le nord-ouest). Homme blanc sûr, indien pas sûr, peut-être deux, trois semaines, boue sécher, Piutee, Indien Washoe marcher, plus bateau. Toute l'eau, elle partie ; peut-être petit peu d'eau lac Pyramid, lac Honey, lac Washoe, trop de montagnes, lui revenir très vite. Indien pas sûr, eau, gros poisson pas revenir. Revoir lui plus jamais » (Mrs M. M. Garwood, Progressive West Magazine, réimprimé dans Deseret Semi-Weekly News, 5 février 1906, p. 4).

 

      Ce récit manque de détails, mais il est suffisamment clair pour indiquer que les indiens de l'Amérique ancienne ont conservé sous une forme légendaire, le souvenir des terribles cataclysmes qui ont bouleversé le continent américain.



Témoignage de Néphi

 

      Lisons maintenant le récit du même événement rapporté dans 3 Néphi du Livre de Mormon, et vous noterez que les deux récits s'accordent sur pratiquement tous les détails, même sur le temps pendant lequel le soleil ne se leva pas. Voici le récit de Néphi relatant les événements qui se produisirent sur le continent américain à l'époque où le Sauveur fut crucifié :

 

      Mais voici, il y eut une destruction encore plus grande et plus terrible dans le pays situé du côté du nord ; car voici, la surface tout entière du pays fut changée à cause de la tempête, et des tourbillons, et des tonnerres, et des éclairs, et du tremblement extrêmement grand de toute la terre ;

 

      et les grandes routes furent fragmentées, et les routes plates furent abîmées, et beaucoup de lieux nivelés devinrent raboteux.

 

      Et beaucoup de villes grandes et importantes furent englouties, et beaucoup furent brûlées, et beaucoup furent ébranlées jusqu'à ce que leurs bâtiments se fussent écroulés et que les habitants en fussent tués, et que les lieux fussent laissés désolés.

 

      Et ainsi, la surface de toute la terre se déforma à cause des tempêtes, et des tonnerres, et des éclairs, et des tremblements de la terre.

 

      Et il arriva qu'il y eut des ténèbres épaisses sur toute la surface du pays, de sorte que ceux de ses habitants qui n'étaient pas tombés pouvaient toucher la vapeur des ténèbres ;

 

      et il ne pouvait y avoir aucune lumière à cause des ténèbres, ni lampes, ni torches ; et il était impossible d'allumer du feu avec leur bois fin et extrêmement sec, de sorte qu'il ne pouvait pas y avoir de lumière du tout.

 

      Et on ne voyait aucune lumière, ni feu, ni lueur, ni le soleil, ni la lune, ni les étoiles, tant étaient grands les brouillards de ténèbres qui étaient sur la surface du pays.

 

      Et il arriva que pendant trois jours, on ne vit aucune lumière ; et il y avait continuellement de grandes lamentations, et des hurlements, et des pleurs parmi tout le peuple ; oui, grands furent les gémissements du peuple, à cause des ténèbres et de la grande destruction qui s'était abattue sur lui (3 Néphi 8:12-14,17,20-23).

 

      Tout en remarquant la grande similitude entre ces deux récits, nous ne devons pas oublier que le Livre de Mormon fut publié en 1829 et cette légende indienne en 1906. Quelle est l'explication si ni l'un ni l'autre n'est vrai ?



Lectures complémentaires

 

      L'auteur n'a pas l'intention d'essayer d'étudier en détail l'archéologie et l'ethnologie de l'Amérique, qui fournissent tant de preuves confirmant le Livre de Mormon. Mais il existe de nombreuses preuves telles que :


1) le fait que ce pays a été occupé par différents peuples à des périodes fort éloignées les unes des autres ;


2) le fait que les traditions découvertes chez les races indigènes d'Amérique, qui paraissent découler d'une souche commune, sont étroitement apparentées, sinon identiques à celles des Israélites ;


3) les anciens habitants du continent américain avaient connaissance de grands événements bibliques tels que la création, la construction de la tour de Babel, le déluge, la vie et la crucifixion du Sauveur, la seconde venue du Rédempteur, l'administration de la Sainte-Cène, etc.



Source : LeGrand Richards, A Marvelous Work and a Wonder, Salt Lake City, 1950, chapitre 8